vendredi 29 novembre 2013

#144



Il est temps de partir. Au fond il n'y a jamais eu rien d'autre que ça. Ce désir de partir et d'y rester. 

Je connais le trajet par cœur. C'est une route que j'ai l'habitude de prendre au quotidien, je connais le chemin, ses environs, et ce sans même y prêter attention. N'importe quel détail est un signe familier, un arbre foudroyé, un défaut sur le bitume à un certain croisement, l'odeur des bouses à la sortie de tel village... Il m'est désormais presque impossible de m'y égarer tant chaque coup de volant, chaque virage emprunté, semblent ancrés dans la mémoire de mes gestes et de mes sens.

Alors comment ai-je pu me perdre après une bonne demie heure de trajet ? Peut-être un moment d'absence, absence si dense, si profonde que j'ai dû en perdre toute ma conscience d'être au monde. Ainsi, me réveillant en sursaut de ma somnolence, je regarde autour de moi et m'aperçois non sans angoisse que je ne reconnais plus rien. Je tente tant bien que mal de me remémorer la route que je viens de faire, de chercher dans mon souvenir à quel moment je me suis trompé, mais rien ne me revient. Je ne retrouve aucune trace des minutes qui m'ont vu dériver sur des kilomètres, comme si l'oubli seul avait survécu à cet étrange moment d'absence.

Le goudron de la route a disparu. Ma voiture est au beau milieu d'un champ brûlé, peut-être est-ce les cendres d'un récent écobuage, où celle d'une guerre à peine passée... Qui sait ? 
Je décide de sortir et continuer à pied. Je vois au loin un petit sentier qui doit bien monter quelque part. Après un millier de pas, j'arrive dans un petit village, labyrinthe de ruelles étroites et vides. Les volets son clos. La vie semble avoir déserté ces maisons de pierres.

Et puis j'entends au loin un mouvement de foule. J'aperçois là-bas, plus d'une centaine de personnes réunies sur une place publique... De là où je suis, je ne peux déceler s'il s'agit de cris de joies ou de colères. Aussi curieux qu'angoissé, je décide de me rapprocher. Et je ne sais pourquoi mais comme toujours, chacun de mes pas me fait craindre le pire...

J'entends désormais distinctement leur concert de voix démentes, chœur d'une foi vengeresse chantant rageusement :

« — Voilà ! Continuez ! Qu'on le caillasse ! Les enfants ! Allez y ! Défoulez-vous aussi ! Que personne ne ferme les yeux ! Il faut que tout le monde voit ce qui arrive à ceux qui ont osé parler ! Qu'on apporte d'abord un couteau ! Oui ! Qu'on lui tranche la langue ! Que ce singe ne puisse plus parler ! Jamais ! Qu'aucun autre mot ne puisse sortir de sa bouche ! Qu'il n'en reste plus que des cris ! Et puis qu'on en finisse ! Qu'on l'abatte ce sauvage ! Surtout ne lui bandez pas les yeux ! Qu'il crève accablé par le poids de nos regards méprisants, que ces regards hantent sa mort ! Qu'il soit à jamais coupable de nous avoir trahi ! Et ce même dans une prochaine vie ! Qu'il soit à jamais banni ! Il est temps ! Temps de se faire justice ! Apportez le fusil ! Le fusil, vite ! Éclatons-lui la tête ! Que sa pensée éclate en morceaux ! Et jetons ces morceaux aux chiens ! Qu'il n'en reste plus rien ! Qu'il se réincarne dans une crotte de chien et encore, ce serait lui accorder une pitié qu'il ne mérite  même pas ! Il est temps ! Cessons de parler ! Que celui qui est contre son exécution prenne la parole ou se taise à jamais ! Non ? Personne ne s'avance pour le sauver ? Le verdict est donc sans appel ! La mort ! La mort ! La mort !La mort ! La mort !... »

La foule est en transe, certains filment même la scène sur leur portable, comme si regarder ça à travers un écran donnait à cette tragédie des airs de fiction... une fiction plus vraie que nature.
Il y a là des hommes, des femmes, des vieux, des enfants, tous soudés dans la haine à l'égard d'un bouc émissaire dont je ne comprends toujours pas la faute... Stupéfait, je demande à l'un des enfants hurlant à mes côtés : 

«— Mais qui est donc cet homme conspué ?

L'enfant, sans même se tourner vers moi, si saisi par le spectacle auquel il est en train d'assister, me dit d'un ton semblant mépriser mon ignorance : 

— Tu ne le reconnais donc pas ? C'est monsieur M. ! Qui veux-tu que ce soit d'autre... »

Dans la fièvre de la foule en liesse, les bras m'en tombent. Abasourdi à la découverte de son identité, d'impuissance je lève les yeux au ciel et attends du soleil qu'il brûle l'effroi de mon sang glacé. 


Soudain, le coup de feu retentit. Et je tombe à genoux comme au fond d'un trou, le trou dans la tête de monsieur M.... exécuté.



Aucun commentaire: