lundi 22 avril 2013

#34



À peine avais-je formulé mes premiers mots que déjà je lui mentais. Je me souviens de mon premier rendez-vous... je lui ai raconté que je rêvais de personnes inconnues qui mourraient, que je me sentais tous les jours endeuillé, et ce même après m'être réveillé. 
Il m'a écouté, il m'a cru, il m'a dit: 
Reste à savoir pourquoi vous parlez de ces rêves comme des événements de votre vie...



Il n'a jamais soupçonné que ces rêves je les inventais, je les inventais consciemment. La vérité est que je ne racontais pas des rêves mais des mensonges, des mensonges que je prétendais être des rêves.

Je lui faisais l'aveu de ma mythomanie en lui mentant, et ça, il ne s'en est jamais aperçu.



J'étais mythomane. J'inventais des histoires, tout le temps, chaque parole que je prononçais était là un mensonge conscient, pensé, prémédité comme un meurtre. La mythomanie est une tumeur sur ma conscience contre laquelle je n'ai cessé en vain de me battre...


Aujourd'hui encore, je mens vous savez, en ce moment même, je vous mens. 

Malgré cet aveu, je vous demande de ne pas me croire sur parole.  
Ma parole n'est qu'un brouillon, rien de plus. 

Et puis sachez que je suis assez menteur pour me faire passer pour un mythomane... 

j'écris : méfiez-vous de moi.
 


Aucun commentaire: