mardi 16 avril 2013

#28



... et l'inconnu, qu'est-il devenu ? une absence avec laquelle correspondre seul, une porte fermée sous laquelle glisser des mots écrits en blanc, sous-titres d'une nuit à traduire, monologue aveugle de quelques phrases surgissant du noir, à l'abri des regards curieux, des voix de passage chuchotant du bout des lèvres le nom d'une adresse subitement disparue.


J'écris : attendre que personne ne m'ouvre. 


 

Aucun commentaire: