dimanche 15 mars 2015

#287


soleil de braise sur ciel et terre
nuages en feu sur mont et pic
herbes fougères arbres brûlés
mare et cours d'eau asséchés
la soie légère de la tunique est si pesante
et dans les arbres épais l'ombre si mince
on ne peut s'allonger sur la natte brûlante
le linge trempé de sueurs à rincer à laver
ah ! sortir de l'univers
dans le vaste immense
où souffle un long vent de 10 000 lis
où fleuves et mers balayent brûlures
le coeur haletant regarde ce corps
                                  quel fardeau
soudain une brise de rosées suaves
de nulle part d'on ne sait d'où du ciel
de pure joie toute en pluies d'extases


    Wang Wei
    les vieux jours et la canicule


Aucun commentaire: