jeudi 2 juillet 2015

#323


Aux proches et rencontres soi-disant,
le jour de votre enterrement je n'y serai pas. Quant au mien, vous n'en serez pas averti. De nos mondes si différents, je disparaîtrai en paix et tranquille jusqu'au bout. Sans date je suis déjà mort... pour vous.

Je meurs sans mort. Je vis sans vie écrivait-il,
...
Je parle d'un pays d'îles à la dérive
Quelque part où nous fûmes
Sacrifies
Où nous serons plus tard comme une ombre
Double au milieu des lumières

Mais le vent ne se lève pas
Dans les voiles impatientes
D'aller tuer d'aller mourir

Aragon (Les Adieux)

2 commentaires:

brigitte celerier a dit…

en accord (me suis battue, ai la quasi promesse)

Bettina a dit…


Certains ne meurent jamais