vendredi 17 juillet 2015

#333


Un étranger cherche sa voix dans la bouche de chaque pronom posé. Je, tu, il, elle, nous, vous... tous sont inaudibles. Même sous la torture, les mots restent muets à son sujet. Il semble toujours échapper à l'écriture. Ainsi tu t'éloignes du clavier, prends le pinceau et tentes de mettre un visage sur son silence. Oui. Toute la nuit, tu cherches sa trace dans le trait...
À l'aube, tu regardes le portrait achevé avec amertume. Son étrangeté est encore trop familière. 


Non, ce visage là n'est pas celui de l'étranger. 



Aucun commentaire: