samedi 11 juillet 2015

#328


Un jour, "l'ami" vola à la médiathèque un magnifique livre d'Edmond Jabès : Un Étranger avec, sous le bras, un livre de petit format. Il prétexta l'avoir perdu et proposa de le remplacer par un autre livre, livre de poésie insipide qu'il avait en horreur et qui de plus lui était directement dédicacé. La bibliothécaire avait même fini par le remercier d'un geste si généreux. Tu te souviens qu'en te le racontant, il riait fièrement de son coup de maître. Pour se donner bonne conscience, il dit que de toute façon, personne d'autre à part lui n'avait emprunté ce livre jusque-là et que l'ouvrage ne manquerait à personne. Et pourtant, aujourd'hui, assis à la médiathèque, alors que tu ne le côtoies plus depuis bien longtemps, ce livre te manque. Ta solitude avait besoin de le relire. De même, l'étranger qui à peine passé le pas de la porte d'entrée a demandé à l'accueil le rayon poésie, ne tombera pas sur ce livre à Saïgon. Voler un livre dans une bibliothèque publique, c'est ravir au livre la rencontre avec ses lecteurs, même si ceux-ci se font rares, passent par là une fois tous les dix ans, personne ne peut prétendre incarner l'unique adresse d'un livre...



(soudain tu rêves amèrement de Jabès disponible en ligne...)



1 commentaire:

philippe a dit…

Quelques poèmes et une bell présentation ici : http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/jabes/jabesedmond.html