mercredi 30 octobre 2013

#118



monsieur M.
vous me semblez vide
vide à m'en donner le vertige
vide à penser me jeter dans le vide

du corps à la pensée
déserté
je n'ai su que vous mentir
vous écrire pour mieux vous habiter

ainsi
j'ai fait de chaque détail de votre histoire de la pure fiction
comment pouvez-vous l'accepter?
ne vous sentez-vous pas trahi par les mots dressant le faux portrait de votre masque vide ?
n'êtes-vous jamais tenté de prendre une fois pour toute la parole et rétablir votre vérité ?

...


Soudain, dans le silence qui régnait suite à ces questions idiotes et sans intérêt, j'ai vu dans la fumée son visage...







Aucun commentaire: