vendredi 31 mai 2013

#59




Écrivez à monsieur M. comme s'il n'était pas le néant

Son absence peut incarner une réponse gratuitement si c'est ce que ça doit coûter.

Soyons francs, vous ne le connaissez plus. Après toutes ces années de silence, de perte de vue, sachez qu'il est ému de votre confiance, de votre amitié tenace, discrète... Mais vous devez désormais vous passer de votre affection, de votre respect, de vos politesses. Vous avez même devoir de les éradiquer de votre mémoire. Par souci de justesse, il vous ordonne à présent de le vouvoyer.


Ce soir, vous voilà, tapant à votre propre porte sans même vous en rendre compte.



Monsieur M. n'est rien, rien que ce que vous désirez au moment même où vous entrez.



J'écris : à vendredi prochain.


Aucun commentaire: