jeudi 16 mai 2013

#54



Je suis prêt à tout, à égorger votre calme apparent d'un cri de porc entendu au loin, dans les recoins d'un couloir sombre. Avancez pas à pas, éclairé à la torche comme dans une grotte où le silence grave de votre voix sent la terre, la pierre. Comment pouvez-vous trouver le sommeil dans un endroit pareil, votre attention sur ses gardes, votre présence tentant de se cacher sous les draps, de votre côté du lit, côté d'une enfance ayant encore et toujours peur d'éteindre la lumière...

Je suis votre veilleuse, veilleuse qui n'est pas là pour vous rassurer, tout au contraire. Elle veille sur votre insomnie, vous hante, vous fait pleurer subitement devant le cadavre des papillons de nuit dévoré par les fourmis.



J'écris : comprenez-vous à présent quel type de conscience je suis ?


Aucun commentaire: