lundi 23 février 2015

#267



un jour seul un jour d'ailleurs
je ne sais encore pour quand
poser mon dernier bagage
avec leurs mots prochains

en tout cas c'est par là
où avancer... là où aller
comment décidera de quand
l'issue trop longue s'emmêle

le chemin fait difficile à dénouer
pourquoi n'avoir été plus simple
on ne peut revenir sur ses pas
une fois qu'ils nous ont portés

les mots ne sont que bagage
en transit en reflet de chacun
cargo des images en voyage
bagages de sons sans noms

ces mots sortis on ne sait d'où
bouches de langues sans terre
devenues en un instant un seul
soudain étranges à ce passant

en péage à ce gué...
          ... sans passage du mot

L'homme du Mê Kong





Aucun commentaire: