jeudi 5 février 2015

#256

Comment traduire une langue sans pouvoir la lire ni la parler? Telle fut ma question puis mon défi apatride lancé à moi même pour tenter de comprendre L. K., cet homme si emmuré en lui dans son refus de converser et d'échanger avec son semblable ou ses proches... Longtemps je me suis heurté à cette question tel un impossible car apprendre ses langues de Chine parlées par L. K. demandait tant de temps et d'obstacles... puis un jour une idée m'est venue pour ne plus me lâcher: trouver une transcription traduisant "mot à mot" ou plutôt "idéogramme à mot" des poèmes chinois taoistes lus en silence par L.K. et qui apaisait tant son inhumanité.
Et ce fut pour moi une découverte de promener les mots de ma lecture dans mes langues connues... et puis peut être la découverte de ma condition d'apatride.

Grand poème de Wang Wei " Réponse à Chang le magistrat qui lui demandait quelques nouvelles", un de ses poèmes peut-être le plus connu... Trois traductions : l'une du sinologue Hervé Collet & son ami chinois Chen Win Fun, la seconde du grand écrivain français amoureux de la Chine Claude Roy et enfin, celle de l'apatride, transposant les sons des mots à partir des deux précédentes... élaguer, équilibrer ce qui me semble superflu des autres transcriptions dans ce que je retranscris du vers calligraphié, retrouver beaucoup d'images et de métaphores des langues d'Asie, et surtout jouer avec la sonorité des mots qui accueillent l'idéogramme...

L'apatride


Sur mes vieux jours je n'aime que la quiétude
Les dix mille choses ne m'encombrent plus le cœur 
Je me retrouve sans projet durable 
Je sais seulement que je retourne vers l'ancienne forêt 
Le vent des pins souffle je dénoue ma ceinture 
La lune de la montagne luit je joue du ch'in 
Tu demandes la vérité suprême 
Le chant du pêcheur s'éloigne sur la rive

         Traduction de Hervé Collet & Chen Wing Fun

Au soir de vivre je ne veux que paix 
Oublier les dix mille soucis du Monde 
Plus de besoins plus de projets 
Mais désapprendre revenir au vert des forêts 
Dénouer ma robe le vent des pins 
Jouer du ch'in les reflets de la lune 
Échouer réussir qu'est-ce que cela veut dire?
Un chant de pêcheur sur l'eau immobile 

                  Traduction de Claude Roy 

Au soir des jours une paix tranquille 
Au loin mille mille soucis du Monde 
Sans besoin ni projet à venir à l'horizon
Rejoindre là-bas cette verte forêt 
La tunique sous les vents les pins 
Et les reflets de lune à jouer du ch'in 
Où donc ici maintenant l'ultime vérité?
Un chant de pêcheur... au fil de l'eau

                    Traduction de l'apatride  


2 commentaires:

annajouy a dit…

trois violons et mon seul coeur.

Dominique Hasselmann a dit…

trilogie
tri logique
traduction
tra diction