mardi 9 septembre 2014

#215 bis


N'aboie pas à la vie, ne la couine pas comme un religieux s'interroge sur la vie et le sexe des anges ou de leurs chiens !



Écris comme si tu vivais éternellement. Écris comme si tu allais mourir ce jour.

Écris pour rêver et vivre, et crie ta nuit toujours échouée, tous les jours.

L'apatride







1 commentaire:

Dominique Hasselmann a dit…

La vie
comme
un pont suspendu