jeudi 19 décembre 2013

#155


Nous sommes tous des assassins, tous des fils et des filles d'assassins et criminels...  
certains quelques-uns sont donc condamnés à cet honneur dernier, condamnés aux travaux forcés de l'écriture n'est ce pas?... C'est à ce seul prix que l'humanité humaine dans sa fuite a une voie de sortie et que "le Monde ne sera sauvé que par quelques uns" (André Gide).

L'apatride 
avec Hồ Chí Minh en route par jonque vers la prison de Nan Ning 

Vers Yong Ming je descends par la rivière
La tête en bas les pieds pendus par le toit
                                                   supplice d'un autre âge
Sur les rives à l'envers partout denses sont les villages
Et sur les flots et remous les sampans des pêcheurs
                                             glissent dans un ciel d'eau


 (poème de résistance écrit en prison par Hồ Chí Minh et traduit par l'apatride)

1 commentaire:

Dominique Hasselmann a dit…

Ho-Chi-Minh, et ce poème pieds nus...

Merci pour la traduction !