mercredi 12 juin 2013

#64


                    aujourd'hui, au petit matin, l'apatride jeta quelques mots dans le champ voisin :



Et soudainement alors le jour fut sombre à s'échouer
                                                    dans toutes ces nuits humaines

Là où le ciel s'était obscurci du grondement de mille avions B 52
                                  déversant leurs pluies et grêles de bombes

Et animaux sauvages bêtes domestiques et les enfants en pleurs

            et les femmes et les hommes se sauvaient et se terraient
La terre et ses cocotiers s'étaient illuminés en milliers de torches
         brasiers et feux devant les défoliants et napalms étouffants



Ce fut ce 12 juin hier... ici là-bas partout dans les fins de Monde
                          ce fut il y a quelques années autour du Mékong
Ce fut il y a quelques années déjà aux bords des Mondes

    au bout de ces vertes rizières humides de l'Histoire du Monde


Souvenirs apatrides
  d'un 12 juin 1964


Aucun commentaire: