mercredi 19 juin 2013

#70



Une confidence.

Je trouve monsieur M. bien pervers. Il cherche à vous saisir, à vous toucher comme on le dit des trahisons, des caresses maladroites, échouant à ne serait-ce qu'effleurer l'intimité de la nuit.

Ce soir avoir l'impression de ne prendre aucun risque, d'avoir menti pour rien, écrire et avoir honte d'écrire, d'être parlé, d'être fait comme la musique, comme un rat, tourner en rond, continuer de noircir du noir, de chercher le fond de ce tunnel sans bout.

Je me méfie de monsieur M.

Tenter de moins parler. Ne plus se battre, ne plus lutter contre sa propre guerre, ne même plus s'effondrer, s'écrouler sur son lit en boule, le sanglot étouffé dans un coussin. Être une minute qui passe, oublier d'être un homme, une femme, un individu, n'être plus qu'une main sur une table, l'ombre gribouillée d'une ombre, silhouette assise devant une solitude sans visage, sans nom, sans titre, n'être plus rien que le regard et les oreilles sur quelques coups de crayons racontant l'histoire d'un sujet sans sujet.

S'écouter se taire. Ne pas penser. Préférer faire. Un acte. Un geste. Un mot. Un pas dans le présent.


J'écris : rencontre de monsieur M et d'un objet inquiétant


                                                        Objet inquiétant 1
                                                                         
Alberto Giacometti
                                                                         œuvre gravé
                                                                         Maeght éditeur





Aucun commentaire: