lundi 15 juin 2015

#317


... être nulle part pour n'être que de passage, au loin des soi-disant proches, au loin des racines prédestinées, s'éloigner et s'inventer... d'un là-bas... là où les pas de la vie deviennent des mots... juste cet instant extraordinaire d'une écriture... que les promenades avec leurs rencontres soient légères tels de simples nuages.


 Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère? 
- Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère. 
- Tes amis? 
- Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie? 
- J'ignore sous quelle latitude elle est située. 
- La beauté? 
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle. 
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu. 
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger? 
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages! 

L'étranger 
Charles Baudelaire 




Aucun commentaire: