samedi 27 juillet 2013

#89




Monsieur M. a voyagé plus d'une dizaine de milliers de kilomètres de secondes, de lignes, de forêts de papier, juste pour connaître durant quelques heures, des jours entiers, l'horizon sans fin de la route qu'il faut faire pour se rendre nulle-part.

Ces longues heures de trajet sont le cœur de son existence. Dans ces instants, il n'est plus un nom, pas même un corps, tout juste une solitude mouvante dérivant sans désir d'échouer à travers un désert de voix, loin du bruit misérable et incessant des hommes.

Et puis après des jours de voyage, peut-être même des mois, monsieur M. sent qu'il lui faut s'arrêter sur le bord d'une route comme une autre.

Il disparaîtra ici, dans la jungle, comme une bête à la recherche de son trou...


J'écris : faire son nid dans le néant.


 

Aucun commentaire: