jeudi 10 novembre 2016

#472


Sur les murs en miroir, mes reflets me dévisagent, chacun à leur façon. ils me refont le portrait, chaque regard sur moi est un fragment d'autoportrait rapiécé. Si le suicide est interdit, par quelle issue de secours m'échapper ? 


 — échappe toi par la mer me dit tout bas l'homme en késa que je n'avais pas vu entrer. Nage loin, le plus loin possible, là où le rivage est invisible, là où épuisé, tu n'auras plus la force de revenir, nage jusqu'à ne plus entendre les voix sur la plage, celles qui scandent en vain ton nom...



(la fin de l'entretien avec Noëlle Rollet ici )

1 commentaire:

Anna Urli-Vernenghi a dit…

Les voix continueront quand même à scander votre nom