lundi 7 novembre 2016

#470


toute la vie est dans l'écriture, vous écrivez pour écrire Monsieur M., oui, avouez-le, sans écrire il ne resterait plus rien de l'homme derrière vous-même. il y a en vous un anonyme qui survit, un noyé qui brasse pour revenir à la surface, il ne manque pas assez d'air, ni pour mourir, ni pour respirer. Sa neutralité est celle du passant croisé du regard un jour de pluie.

et si l'écriture devenait invisible, et si il n'y avait plus à écrire pour écrire, et si on en arrivait à se silence là.

L'homme au késa tends la main : je rends ma copie blanche à faire pâlir le moindre mot.

Aucun commentaire: