samedi 2 avril 2016

#414



    de nuit la ville
    ronfle dans un bruit
    de moteur sous le cambouis
    la dureté du visage s'apaise à l'oubli
    du ventre qui grouille

    à l'aube la lumière
    du jour chasse de la rue
    son rêve dans un lieu reculé
    un recoin secret bien connu 
    des chats errants


1 commentaire:

annaj a dit…

on pousse au balai sa nuit dans les coins