mercredi 2 septembre 2015

#354


4 heures du matin :
— Réveille-toi ! Réveille-toi !
— Hein ? Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ? 
— Tu entends ?
— Non...
— Mais si ! Là ! Tu entends n'est-ce pas ?
— Non je te dis... Tu entends quoi ?
— Une voix. J'entends une voix !
— Elle vient certainement de ta propre tête...
— Non, elle vient d'ailleurs. 
— D'où ?
— Je l'ignore.
— Que dit-elle ?
— Elle parle d'écriture.
— Pourquoi ?
— Peut-être pour avoir quelque-chose à dire.
— À qui ?
— À l'intime solitude de n'importe qui...
— Tais-toi donc et laisse-moi dormir !



4 heures 10 : tu te rendors dos à dos avec T., sa voûte plantaire collée à ton mollet.



Aucun commentaire: