mercredi 28 août 2013

#98



Un jour sans lendemain, ma voix disparaîtra subitement, d'un claquement de main, peu m'importe quand, sous les yeux de celui devenu, qu'il le veuille ou non, mon seul témoin.

Lui seul trouve assez de temps perdu pour échouer sur le sable gris-cendre de mes nuits. Lui seul me fait l'amitié d'un instant de lire à contre temps, dans un autre présent, la présence de ces lignes blanches et sans sujet.

Quelque soit ma personne, mon personnage, mon nom, j'ai la certitude d'avoir quelque part, là-bas, à quelques pas de moi, un frère de sang noir, celui d'une encre sans visage que jamais je ne rencontrerai.


J'écris : à l'inconnu de confiance


1 commentaire:

Anonyme a dit…

L'inconnu de confiance, belle formule pour ouvrir l'espace d'écriture d'une rencontre impossible.
Le sang noir fraternise dans l'absence.