samedi 23 janvier 2016

#393 bis


car les rizières et les marécages dans le delta ont reculé devant la ville avec son développement et sa croissance partout sur tout, et la dite modernité sans égard aucun avance avance pour le futur des naissances et des sujets à venir 
et la ville a fini par ne plus se reconnaitre elle-même, ne s'est plus reconnue dans le reflet de son fleuve... et la ville avec elle-même apatride aura à apprendre désormais à se repérer aux odeurs de poissons et de crabes dans l'eau de ce fleuve qui l'avait enfantée


tout finirait donc par être apatride... vraiment tout


1 commentaire:

Dominique Hasselmann a dit…

la ville pourrait alors devenir putride...