vendredi 16 mai 2014

#192


Je suis organisé pour tout et prêt sur l'instant... même pour ma mort... me préparant obstinément pour un noir obscur de moi même ayant à voir avec tout cela, ayant à avoir et retenir mon dernier instant.

L'apatride

(1909-1990)

Une odeur de café "avant l'aurore, avant que la nuit craque de tous les côtés" avec Marguerite Duras éternellement magnifique (la vie tranquille 1944)

"... Il était mort. Sa bouche était ouverte et ses mains trainaient, oubliées de chaque côté de lui, minces... Sa figure n'était plus enflée comme lorsqu'il criait, sa tête reposait lourde, sur son cou. Le lit était dans un désordre immobile, figé dans l'état où l'avaient mis ses derniers mouvements. La chambre respirait maintenant un grand calme... Il était mort, c'est à dire une chose éternellement à l'abri de la mort. "







1 commentaire:

Dominique Hasselmann a dit…

Lunettes de chevet, prêtes à servir encore.