samedi 22 novembre 2014

#234


Je finis, avec la peine de ce mot écrit et lu, à faire juste une boucle avec le temps.






L'apatride en fuite.


À Marguerite morte, Yann Andréa écrivit à Duras: " Vous mourez d'épuisement, vous mourez morte d'avoir trop regardé le monde [...]. Morte d'avoir trop bu, whisky, vin rouge, vin blanc, toute sortes d'alcools, morte d'avoir trop fumé, trop de paquets de Gitanes sans filtre, morte d'avoir trop aimé, les amants, toutes sortes d'amants, trop de tentatives d'amour, de l'amour entier, mortel justement, morte de trop de colères contre les injustices du monde, la pauvreté intolérable, les lépreux de Calcutta [...]. Morte d'avoir trop écrit."


Aucun commentaire: