samedi 13 mai 2017

#520


impacts d’eau autour du banc. Un arbre te tient au sec. Te protège des coups de l’averse soudaine. Tu te doutais qu’il pouvait pleuvoir bientôt. Mais la fraîcheur ambiante semblait pouvoir t’épargner une heure de plus. L’orage éclate de chaleur, on le sent arriver. Il annonce d’ailleurs sa colère en grondant. En revanche l’averse surprend toujours. Elle prend par surprise alors qu’on lit sur un banc, à l’oubli de tous et tout. On était si bien et elle tombe. Comme le réveil en plein rêve. Son rythme sur le bitume accélère d’une demi seconde à l’autre. Tu traverses en courant. Accélères au rythme des impacts qui se démultiplient sur la chemise, le cou, le crâne. Tu comptais rester des heures dehors. Mais l’averse jaiilit des nuages telle une douche froide sur la paresse. Sa violence exige le mouvement. Tu cherches un abri. Un refuge. De devanture en devanture. Avances vers le bar le plus proche. Mais l’averse ne te laisse pas le temps d’arriver. Elle tombe désormais en trombe. Te prive du droit de circuler où bon te semble. Sa violence fait autorité.


à ta gauche un enfant joue pieds nus, avec un ballon en plastique vert. Il te cogne le genou. Tu fais trois jongles. Le garçon sourit. Puis retape de toutes ses forces dans le ballon, à l’oubli de toi, dans la joie solitaire de son jeu. À ta droite des hommes et des femmes arrêtés. Immobiles. Chacun dans la même direction. Seuls ensemble. Au même endroit. Vissés dans leurs postures silencieuses, tous portent le même regard sur le vide devant eux.


la saison des pluies commence. C’est un signe. Le livre de la ville peu à peu se referme. Un cycle se clôt ici. Ce n’est pas la fin d’une histoire mais l’épuisement d’un lieu en toi. Il est temps de regarder la ville sous l’autorité d’une autre voix, celle d’une silhouette parmi d’autres, dont la dérive fut aujourd’hui interrompue là, sous la devanture d’un restaurant japonais. Elle repart sous la pluie qui peu à peu s’adoucit. Il ne pleut presque plus quand elle trouve enfin abri

Good evening sir.
Good evening. A glass of Sauvignon blanc please.



Aucun commentaire: