vendredi 22 septembre 2017

#549

l’autre journal comme quelqu’un d'indépendant de moi, de ma volonté, je suis auteur, esclave d’une écriture qui me dépasse, je ne suis pas photo arrêtée, je suis d’abord bouillon de phrases, sens stimulés, sans identité ni pensée, un corps et sa perception du monde, cette chose qui gronde en moi comme un orage, colère du nuage devenu simple flaque sur le trottoir, onde transversale dans l’eau vaseuse, qui tremble sous le tonnerre de la rue, flaque frissonnante dans laquelle je touche du regard les nuages, les façades, les feuillages, parfois même la lune, le trottoir est un horizon aussi étendu que le ciel, il suffit de concentrer sa vue sur les choses. De jour comme de nuit la pluie dédouble la ville sur le trottoir. Je ne sais plus si le ciel est au dessus de ma tête, ou sous mes pieds. Je me réfugie dans un café. J’attends que la pluie cesse. La ville prend des teintes dorées sous le rayon qui perce, juste après l’orage. Je lève la tête, regarde l’arbre comme un enfant ébouriffée qui se réveille. Combien de mes doubles cherchent une chaise vide où s’asseoir en moi ? Comment me sortir du multiple de moi, comment m’extirper du souffle d’un soupir, combien d’argent reste-t-il dans le porte-feuille en crocodile, il me reste assez pour une bouteille d’eau. Mon haleine est sèche. Je traverse. Contraint de marcher pour désaltérer ma soif,  je manque de me faire écraser par une bestiole étrange, gigantesque hyménoptère roulant probablement métissé luciole, puisque brillant dans la nuit, de plusieurs couleurs, blanche et rouge, elle bêle d’une voix mécanique, à l’approche de l’orage, il souffle dans les arbres, gronde déjà au loin. Des phrases passent. Je n’en saisis qu’une poignée. Il y a en trop en même temps. Je suis submergé. La ville pose pour moi. Elle me demande constamment de la saisir. Chaque bout de trottoir est un portrait possible. Chaque fissure contient un texte en mémoire, un texte qui me préexiste, dont je reconnais la voix, trace après trace retrouvée, au hasard de la dérive, jusqu'à que la mort vienne me chercher, au petit matin, au volant d'un van, coffre ouvert sur mon cercueil...