samedi 19 décembre 2015

#388



   matricule tatoué
   à même l'écorce grise
   à noël enchainés aux guirlandes 
   de lumières barbelées les arbres 
   dans la ville sont de vieux et tristes
   détenus condamnés 
   à perpétuité




dimanche 13 décembre 2015

#387

                                         muette
                                         est la mort
                                         des poissons jetés 
                                         vivants sur le feu


samedi 12 décembre 2015

#386


   apeuré dans ma cage
   j'entends les hommes
   marchander le prix 
   de ma liberté




jeudi 10 décembre 2015

#385


   de nuit les lueurs
   de la rue sont celles
   d'un fabuleux navire
   qui vogue dans le noir





mercredi 9 décembre 2015

#384


les tickets de vé số à la main chapeau sur le regard affamé en pyjama il guette les restes de la table s'apprêtant à se libérer discrètement s'assoit aussitôt les clients partis dans l'ombre la serveuse le prend pour l'un d'entre eux l'air de rien il croque une patte de poulet trempe les lèvres dans un fond de bière dilué dans les glaçons sur son visage le courant d'air de la nuit bleue est presque frais




lundi 7 décembre 2015

#383


   la narine gauche 
   du mendiant aveugle 
   souffle un air dans une flûte 
   au feu rouge







samedi 5 décembre 2015

#382


   la nuit le chant 
   du coq ressemble  
   à s'y méprendre
   au hurlement
   du loup 


jeudi 3 décembre 2015

#381


la tête entre deux plaques d'immatriculation genoux sous la poitrine presque sur les talons tant la chaise de plastique bleue est minuscule une main chasse les mouches de la viande sur le feu elle fait un bruit de pluie diluvienne le va et vient d'un éventail ravive les braises propage l'alléchante fumée sur la route éveille la faim de ceux qui rentrent chez eux seul sur un bout de trottoir je regarde passer le temps un verre de trà dá à la main le nez dans mon bol vert coriandre blanc bún rouge piment orange carotte brun porc grillé






mercredi 2 décembre 2015

#380


réveillée T. me raconte son rêve : "la mer frappe à notre porte, la
marée monte sur le palier, inonde l'entrée la cuisine j'ai peur que 
ça s'étende dans tout l'appartement, réduise à néant nos travaux...
comment la mer a-t-elle pu monter au trentième étage ? l'ascenseur,
l'escalier ? derrière moi, un vieux chien blanc cherche à me mordre 
le bras, c'est une mesure d'hygiène, la morsure détecte maladies et
virus chez la femme enceinte... ce n'est pas nécessaire mes vaccins
sont à jour, il s'en fout, veut me mordre à tout prix alors je fuis
plonge dans le courant fou de la mer en colère, le chien me suit...
M. ! ce rêve étrange est-il un signe de mon père mort de la rage ?"

#379



   
   la main en l'air
   de l'homme aux yeux 
   brûlés s'impatiente
   à l'arrêt du bus




mardi 1 décembre 2015

#378


    
    au loin 
    venu du fleuve
    invisible un bateau
    meugle 
    comme une vache