mercredi 30 octobre 2013

#118



monsieur M.
vous me semblez vide
vide à m'en donner le vertige
vide à penser me jeter dans le vide

du corps à la pensée
déserté
je n'ai su que vous mentir
vous écrire pour mieux vous habiter

ainsi
j'ai fait de chaque détail de votre histoire de la pure fiction
comment pouvez-vous l'accepter?
ne vous sentez-vous pas trahi par les mots dressant le faux portrait de votre masque vide ?
n'êtes-vous jamais tenté de prendre une fois pour toute la parole et rétablir votre vérité ?

...


Soudain, dans le silence qui régnait suite à ces questions idiotes et sans intérêt, j'ai vu dans la fumée son visage...







samedi 26 octobre 2013

#117




Comment ne pas continuer... mais sortir de là où aucun n'a demandé à être avant d'y être? ... en fin du compte de son compte.

Comment au bout de son temps... s'en va-t'on du bail de location de ce corps où on était tenu à demeure depuis son début?
Un souvenir ça s'efface, une vie ça s'oublie, un corps ça poussière... tout ça quoi, ça s'éloigne.

On tourne comment la page de tout ça,?... sans fanfares ni prestances de ce qui s'est passé... s'en aller de tout ça quoi... avec discrétion et juste quelques uns.
Mais comment? Juste comment n'est-ce pas? .


Au bout du bout du silence sonnant ce dernier tocsin des mille combats de cent batailles perdues, enfin cette chose de douce solitude avec son linceul apatride.
Une fin se doit être sans foule sans tralala ni brouhaha.


L'apatride.




jeudi 24 octobre 2013

#116




imagine
en cet instant
le vide
dans ses yeux
fixant
ton visage
oublié
depuis

Il dit : « Je ne te reconnais pas.Ta voix ne me dit rien. Pas plus que ton nom.
Es-tu certain que nous nous sommes un jour connus ? »




C'est comme s'il lui eût dit, le disant d'une manière si amicale : l'amitié se retire de nous.

Maurice Blanchot, le pas au-delà




mercredi 23 octobre 2013

#115



Beckett et ses mots plus que jamais tenaces et vivants


           écoute les
           s'ajouter
           les mots
           aux mots
           sans mot
           les pas
           aux pas
           un à
           un

                   mots survivants
                   de la vie
                   encore un moment
                   tenez lui compagnie

                           nuit qui fais tant
                           implorer l'aube
                           nuit de grâce
                           tombe

                                           imagine si ceci
                                           un jour ceci
                                           un beau jour
                                           imagine
                                           si un jour
                                           un beau jour ceci
                                           cessait
                                           imagine







jeudi 17 octobre 2013

#114





… 15 567 807, 15 567 808, 15 567 809, 15 567 810...

Serait-ce le bruit des secondes comptées depuis son dernier courrier ?

Dans l'attente d'une réponse que je ne cesse bien malgré moi de guetter, 
je ne me fais plus d'illusion, 
non je ne vois aucun frère humain à l'horizon.

Son désir de répondre serait-il devenu, en l'espace de quelques mois, un devoir bien encombrant ?
aux mots dus avait-il écrit...

J'ai beau dire ne plus croire aux promesses, 
j'ouvre encore la boîte aux lettres réservée à ses courriers 
tombant sur son absence chaque nuit renouvelée.

Aveugle désir de croire en une adresse digne de confiance, disponible, libre de toute contrainte...

L'inconnu n'a certes aucun compte à me rendre.
Il peut sincèrement prétexter un voyage, une fuite, un emploi du temps surchargé.
Mais toute excuse est vaine face à la vérité écrite d'une parole donnée.

Ai-je été le seul à croire en cette correspondance, à son exigence, son masque de sincérité ?

Dans la bouche un silence aigre, 
celui d'avoir jeté en pâture ma confiance 
dans de longues et traîtres lettres.


J'écris : pensant à l'inconnu, monsieur M. a la gueule de bois.






#113



sur la table un couteau me parle d'une cicatrice, celle du sourire de sa gorge tranchée




J'écris : l'histoire du corps de monsieur M.




mardi 15 octobre 2013

#112



                                          les mots te suivent
                                          comme l'ombre
                                          d'un absent
                                          passant sur le mur
                                          du souvenir errant



#111


(raturé)
 

lundi 14 octobre 2013

#110




ma main gauche à couper que demain je n'écrirai plus...



J'écris : devenir droitier



dimanche 13 octobre 2013

#109 bis







Un temps au bout de la route
Vers là où je n'aurai plus peur
Ma dernière chance douce et
Calme telle une plage déserte
Fuir les tornades les hommes
Pour les éternités qui finissent
Voilà... Il est temps de partir





L'apatride




samedi 12 octobre 2013

#109



« Notre rendez-vous se doit d'avoir un prix.
Aussi modeste soit-il. Il vous faudra payer.
C'est ainsi. »


Ainsi, un lundi, la porte était ouverte. Je suis entré.
J'ai échoué ici à cette adresse.
J'y racontais ma parole, cherchant vainement le fin mot de son histoire 
tombant un peu plus chaque jour dans une fiction à incessamment relire, corriger, raturer, vérifier.

À force ma voix est devenue celle d'un sujet, 
sujet de rêve de mensonge d'écriture délirée de souffrance 
de désir d'adresser...

Sujet d'un silence aussi. 
Surtout.

En parler

Et puis n'être plus certain que ça serve a quelque chose.
Et puis se rendre compte d'avoir eu besoin de quelque-chose n'ayant servi à rien.

Mon dernier billet à la main
je suis partagé 
à la fois triste et soulagé 
de quitter la voix m'écoutant dans mon dos.


Je fermerai moi-même la porte.

L'adresse est morte. 
Je porte le deuil de ma parole vaine




J'écris : aujourd'hui j'ai dit à mon ami que j'allais dire au revoir à mon ami du lundi






jeudi 10 octobre 2013

#108 bis



Est ce ainsi que les hommes meurent... ?
Des alphabets ballants les mots n'ont plus de sens
Devenant cris muets sourds dérisoires désespérés

N'y a t-il donc que les hommes pour se noyer
De cette façon dans la nuit d'une mer noire
Est ce ainsi que les hommes meurent... ?

Lam-pe-du-sa
Ce fut un nom éperdu d'une fuite de tant et tant
Ce fut le nom d'une plage de cent linceuls blancs


Lam-pe-du-sa c'est leurs noms
C'est mon nom aujourd'hui. Oui
Encore... et puis

Je vous oublierai. J'oublie déjà.
Regardez moi comme un oubli.
Lam-pe-du-sa

L'apatride avec Hannah Arendt qui disait

      Un jour le crépuscule reviendra
      La nuit tombera des étoiles,
      nous reposerons nos membres
                                      disloqués,

                       prés d'ici, loin d'ici


mercredi 9 octobre 2013

#108




Les enfants ont tout d'un coup arrêté de jouer sur la plage remarquant ce qui ressemble à des silhouettes humaines recrachées par le courant, à même la bave de la mer...


Qu'est ce que c'est ? Regarde !
Des corps ?!
Quoi ?
Des corps !
Des corps de quoi ?
Des corps comme le nôtre...
Tu veux dire des corps d'hommes ? Des corps de noyés ?
Oui, des noyés ! Des noyés !
Vas prévenir quelqu'un ! Mais vas-y bon sang !


Les corps se démultiplient sur le rivage, dorant désormais au soleil pour mieux y brûler.
Leur peau commencent à fondre, leurs os à rouiller comme les morceaux d'une épave, celle d'une centaine d'histoires, d'une centaine de noms confiés à la mer.

Et les enfants médusés devant la centaine de bouches et yeux ouverts sur le ciel bleu, celui qui d'habitude ravit les vacanciers...

Il a suffi à cette centaine d'embarquer sur ce radeau à insomnies donnant le mal de mer, et puis bien s'accrocher les uns aux autres dans l'urgence malgré l'odeur des peurs pissées, des espoirs déjà verts, des voix sans cri derrière leurs dents serrées, cherchant dans l'enfer venteux et salé à dormir un peu espérant ainsi se réveiller au calme à l'aube sur l'autre rive
si et seulement si le radeau supporte les coups de fouets du vent, la démente traversée de ses montagnes d'eau noire à perte de vue, comme si l'exil n'avait plus de destination
si et seulement si le radeau supporte le poids de cette centaine d'hommes effrayés condamnés à échouer quelque part
même morts, pas d'autre issue que d'arriver à bon port, sur un bout de plage comme une autre où au petit matin vient échouer leur dernière nuit de calvaire, sous le regard médusé d'une poignée d'enfants curieux qui par hasard jouaient là, sans se douter une seconde que l'histoire des hommes était macabre à l'autre bout de la mer...

Alors que la centaine de corps est recouverte d'un drap blanc pour un peu de repos, et de paix, 
l'air grave des enfants désormais sans mot regardant au loin... les drames à l'horizon







dimanche 6 octobre 2013

#107 bis



Un jour demain déjà... déjà
Le voilà au seuil de sa porte
Regardant incrédule sa route
Vers là-bas... déjà là-bas
À partir aujourd'hui avec
Hier déjà si loin derrière
Là où les jours et leurs nuits
Se rejoignent et s'embrassent
Déjà anonymes voilà



L'apatride


#107





                                          au fait somme toute
                                          les mots nous hantent
                                          disant en vain ce que
                                          profèrent les oracles
                                          des fantômes de chacun
                                          dans ses nuits et rêves
                                          n'est-ce pas?


                                          de même monsieur M et son masque de l'absent
                                          de même cet apatride et ses affaires à effacer
                                          de même de même pour d'autres et c'est ainsi


                                          l'apatride




vendredi 4 octobre 2013

tu casa no es el mundo Roque






tu casa no es el mundo Roque


dans la basse brume tout se mélange azul negro rojo ocre



elle pousse la table ronde contre le mur les chaises - elle laisse la fenêtre ouverte


le feu claque le feu s'enfonce le feu traverse tout le corps l'intérieur du corps la pièce tout l'intérieur de la pièce la maison tout l'intérieur de la maison - et autour l'abandon abyssal - plus loin le silence - plus loin une forme d'oiseau


ton prénom est une armure - Roque - une danse de corps brûlé

il n'y a pas d'atelier - la cuisine avec son sol dallé fait office d'atelier - elle dépose le papier cartonné les pigments la gouache le white spirit de vieux chiffons et des pointes plus ou moins fines


le cri s'arrête

el sol arde el rostro arde la mano arde el cuerpo arde la casa arde el arbol arde la silla arde la nuca arde la cadera arde la sombra arde el ojo arde la lengua arde la voz arde el grito arde la cama arde el vestido arde el vencido arde el fuego arde su nombre de pila


elle cherche avec des pigments noir et bleu et du white spirit une forme de nuit opaque - avec des mouvements vifs élancés brisés repris dénoués - elle avance dans l'espace dans sa profondeur - elle ajoute des pigments - parfois la nuit opaque s'éclaircit par le white spirit - elle attend

extirer extrahir extaller - aucun mot ne vient - elle ne sait pas comment dire

elle cherche la place du visage - elle ne sait pas quelle dimension quelle place donnée au corps au visage


le feu est un bourreau affable - Roque Roque querido Roque quien te llamas Roque tu casa no es el mundo - Roque para vivir te falta el fuego solamente el fuego - Roque Roque qui t'appelle Roque ta maison n'est pas le monde Roque pour vivre il te faut le feu seulement le feu


Roque accepte le baiser du feu - le feu est une échelle acérée - le feu est fou le feu a perdu la tête
le feu l'enferme le feu l'aveugle



elle amplifie son mouvement le mouvement pour faire apparaître le visage – comme une apparition dans une zone d'ombre



longtemps le feu éclaire le corps la pièce la maison - et autour - tout autour


ce feu baise tes pieds
ce feu baise ta main
ce feu borde tes yeux
ce feu avale tes yeux
ce feu borde ton corps
ce feu avale ton corps



elle ouvre le prénom - le prénom de nuit opaque de rouge empli - elle verse du white spirit - elle efface de la nuit pour faire entrer le visage pour faire entrer le corps - comme le dedans d 'une ombre dans la nuit opaque  

dans la nuit opaque elle accentue le contour de la forme avec une pointe fine- le visage le corps apparaissent – dans un mouvement dansé



Roque le grand bruit - le grand bruit du visage le grand bruit du corps brûlé - le grand bruit de la vida obscura

le cri s'arrête – la main continue le cri


maintenant le corps se fige dans le rouge - elle attend - les pigments mélangés au white spirit sèchent vite



elle tente de construire quelque chose - quelque chose doit apparaître - là - sous le silence des traces noires - dans la matière opaque - le corps doit apparaître quelque part - le corps doit trouver sa place - son apparition

une nuit opaque
un carré noir
vers le bas
un corps
une forme de
corps rouge



elle se déplace autour du grand carton – il n'y a pas d'histoire de récit à raconter – il n'y a pas de date de lieu précis – il y a plusieurs questions – à quoi ressemble la limite l'extrême limite d'une incarnation – comment on peint la force du feu – comment on peint l'incandescence d 'un corps



el sol arde el rostro arde la mano arde el cuerpo arde la casa arde el arbol arde la silla arde la nuca arde la cadera arde la sombra arde el ojo arde la lengua arde la voz arde el grito arde la cama arde el vestido arde el vencido arde el fuego arde su nombre de pila

le feu s'étend horizontal et vertical dans toute la pièce - le feu couvre le corps le feu vrille le cœur la peau les os le feu se déplace s'élève - le feu courbe la maison


et autour tout est vivant l'eau sous la terre l'insecte sur l'écorce le vent sur l'arbre l'ombre sur le mur le soleil sur le fruit la peur sur l'enfant le sang sur la pierre le pied nu sous la neige le cri – le cri sur l'immensité du silence


tu casa no es el mundo - Roque -


ana nb





Pour ma troisième participation aux vases communicants, c'est un immense honneur pour moi d'accueillir un texte de ana nb (@anaN2B sur twitter). J'ai toujours lu à voix haute sa voix  une voix cinquante voix cinquante mille voix cinq cents mille voix du désordre si singulières si éloignées de la mienne mais pourtant toujours étrangement familières avec le silence de mes nuits la musicalité de son écriture dont chaque bouffée semble toujours sans commencement ni fin, incessant mouvement de vagues parlant leur propre langue au cœur d'une nuit opaque... et vide
Comment évoquer son travail sans l'abîmer d'un babillage inutile ?
Je vous invite donc à la découvrir de votre propre intimité en prenant le chemin de ses effacements ou de son jardinsauvage, deux expériences d'écriture souvent traversées par ses peintures et des photos. Vous pouvez aussi lire et relire Le plancher de sable sur nerval.fr
Pour ce vase, nous sommes tout d'abord parti d'une phrase d'Eschyle cité par Francis Bacon. Le travail a ensuite suivi son propre chemin suite à nos échos, échanges qui furent pour ma part très enrichissants, pleins de forces d'ouvertures, d'une écoute toujours attentive et généreuse.


Grand merci Ana.

(mon texte chez elle ici)


La liste complète des participants aux échanges est établie par Brigitte Célérier. (grand merci!)

François Bon Tiers Livre et Jérôme Denis Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de vases communicants: Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. 

mercredi 2 octobre 2013

#106





— Monsieur M., sauriez vous faire parler un masque ?
— Tout dépend le visage se cachant dessous...
— Imaginez que personne ne le porte.
— Un masque seul ? Un masque vide ?
— Oui, un masque sans yeux ni voix pour l'incarner.
— Alors je saurais le faire parler.
— Que dirait-il ?

     (silence)

— Ce que l'absence ne dit jamais.